Tout a commencé en 1884…

Cercle Nautique Ill Club - Strasbourg


Les Flambards (1830) et les Galuchets (1868), groupes de canotiers strasbourgeois, sont les précurseurs du sport nautique à bord d’embarcations. Ils amarraient leurs bateaux, à fond plat, du côté des Ponts-Couverts, à Strasbourg. Ces nautoniers vaguaient sur l’Ill jusqu’à la Fischerinsel ou sur la Bruche jusqu’à Wolxheim et descendaient le Rhin depuis Bâle.


Au cours des 2 dernières décennies du XIXéme siècle, apparurent des embarcations plus légères et maniables. Il était plus facile de les retirer de l’eau et de les mettre à couvert. La pratique de l’avion devenait à la mode.


En 1879, une jeune équipe créa le Rowing orienté vers la compétition sur l’eau. Le 16 mai 1884, le Président Auguste KUHFF et 16 strasbourgeois fondèrent l’Ill-Club, à vocation de loisirs et tourisme. Le garage à bateaux et le club-house se situaient sur la rive droite de l’Ill, à l’emplacement actuel du Pont Pasteur.


Des embarcations pour un ou deux tireurs et un barreur, sortes de outriggers, mais plus larges, complétaient la flottille de gondoles et de périssoires. L’expédition du Cherche-Midi, en 1887, demeure un exploit : il a rallié Marseille Cannebière à l’aviron depuis Strasbourg, par les voies navigables.


En 1920, la construction du Pont Pasteur obligea le nouveau Président, Emile KUHFF (1920-1926), à trouver un autre local. Le club put s’installer dans le bâtiment que l’Ill-Club occupe encore actuellement. Entièrement en bois, il avait été construit en 1911 sous régime allemand et conserve en grande partie, encore aujourd’hui, l’aspect et le remarquable aménagement d’époque.


Les canoës canadiens aux lignes pures aux lignes pures et hydrodynamiques, firent leur apparition vers 1914. Le Professeur ROEDERER, Président du l’Ill-Club de 1926 à 1971 et « l’aile marchante » firent de longues randonnées à bord de leurs canoës, sur le Rhin, la Loire, le Doubs, le Lot, la Garonne, la Dordogne, la Meuse.


Après 1950, la manœuvrabilité du canadien fut augmentée par l’usage de la pagaie simple. Cela permit de découvrir des cours d’eau plus sauvages, étroits, sinueux et rapides tels que la Durance, l’Ardèche, le Tarn, la Loue. Le kayak en toile imperméable ou « Klepper », démontable et léger mais fragile car déchirable, eut aussi ses adeptes.


Au cours des années 60, la fabrication des canoës et des kayaks fit de grands progrès par l’utilisation des résines polymérisables. La coque devint plus légère, robuste et facilement réparable. En plus des sorties sur les rivières alsacienne souvent semées d’obstacles (Moder, Sauer, Lauter) on en découvrit d’autres plus lointaines (Loue, Ourthe, Semois, Lesse). Avec la création par Gérard ANDRES de la « section eaux-vives » et fidèlement secondé par Philippe Weninger pour la logistique et Robert Gleitz pour l’initiation dans les rapides, d’inoubliables et passionnantes descentes en eaux vives ont eu lieu (Clarée, Durance, Guisanne, Simme, Socca). À noter, pour le 10e anniversaire de cette section, la descente de la Dora-Riparia en Italie avec le concours du kayak club de Briançon. Vinrent ensuite l’organisation de véritables expéditions comme la Tara dans l’ancienne Yougoslavie, le Yukon et la Big Salmon River.


À la fête du Centenaire, le 23 juin 1984, le Maire de la Ville de Strasbourg, Maître RUDLOFF, honorable invité de l’Ill-Club, déclarait : «Je suis tout à fait convaincu que ce qui est bon pour vous, Mesdames et Messieurs de l’Ill-Club, est bon pour Strasbourg et, par conséquent, c’est un gage de bonheur pour toute la Ville que je souhaite voir ici encore se développer pour le deuxième centenaire qui commence maintenant… »


Historique de l’Ill-Club Strasbourg, documenté par René DROZ, Président Honoraire

Sources : Archives de l’Ill-Club – Bulletin de l’Office des Sports de la Ville de Strasbourg 1984 – Le Centenaire de l’Ill Club